Dîtes moi, qu’est ce que je fais encore ? JE.

J’ai eu un peu de mal à me prendre au jeu avec l’exercice de faire ce blog. En grande partie parce que je ne comprenais strictement rien au fonctionnement de la création du site.
Un wordpress, ça marche comment coudonc ?

Je me perdais moi-même dans le wordpress que j’avais créé. Il n’y avait rien d’attrayant à aller sur yetlacommdemasse. Tout était un peu pêle-mêle et je n’y allais que pour y déposer mon article de la semaine. Copier, coller. Des mots que seuls des titres d’articles séparent. De quoi perde tout intérêt.

Puis, un ami m’a aidé à activer mes widgets comme du monde et c’était partie. J’ai changé le « design » de ma page, j’ai ajouté des photos et même des gifs ! J’ai montré les pages avec l’entête de la madame qui boit de la bière et celle de l’article du marqueur mauve à ceux qui passaient, parce que j’étais vraiment fier que ça est l’air d’un minimum quelque chose (et que l’image bougeait !). J’étais partie et le plaisir est venu, peut-être même trop.

C’est un article de https://postposte.wordpress.com/ qui m’a fait réagir et plus précisément cette phrase « Non sans fierté, et c’est bien là que j’échoue, qu’ai-je directement pensé ? « Il faut que je le publie. »»

BAM !

C’est ça qui m’a fait comprendre, ce que je ne voulais pas. Encore une fois je me suis retrouvée le nez dans mes dégâts, comme les chats.

J’ai eu un élan d’enthousiasme quand j’ai commencé à aimer l’interface de mon wordpress et je m’y suis un peu perdu.  Pourquoi est ce que j’avais tant besoin de montrer mon blog à ceux qui passaient autour ? Pourquoi quand je voyais quelque chose que je trouvais bien passer, je me disais directement qu’il fallait que je le mette en ligue ? Peut-être pour montrer que je l’avais vu moi aussi.

Ok, je n’étais pas en train de faire une mise en scène de ma personne comme je pourrais le faire sur Facebook, ou autre médiums sociaux du genre, en mettant photos par-dessus photos de ma vie bien remplie, saine, festive et tout ce qui a de plus attrayant.  Non, à la place j’écrivais sur des théories, les actualités ou réagissais sur ce qui m’entoure. Je suis cultivée moi !

En somme, je m’étais en scène mon «intellect».

Je crois que je suis directement tombée dans le rapport qu’a un cours comme celui de communication de masse et la création d’un blogue. Je me suis laissé envahir et j’ai remis, en quelque sorte, les théories apprises en cours pas seulement dans mes articles, mais aussi dans mes actions.  Je me suis vue mettre en branle ses théories avec le relation que j’ai avec mon blogue. Société du spectacle, mise en scène de soi, narcissisme,  séduction et pourquoi pas hédonisme ?

Je me suis même mis à regarder les statistiques de visite de mon wordpress et combien de vue avait eu tel ou tel article !

Mais est ce que ce n’est justement pas ça qui est génial ? Sur le moment, certes, ce n’est pas la chose la agréable que de se voir exposer nos petite tendance égocentrique.  De voir sa propre implication, de se reconnaître dans certains de ces champs, mais aussi de s’en rendre compte lorsque l’action est posé, ça apporte une vision complètement différente de son implication.

Maintenant reste à savoir comment gérer l’information. Maintenant que nous savons sur le moment que  nous ne pouvons pas nous exclure de certaines tendances, qu’est ce qu’il reste à faire ?

Bien sur, je n’arrêterai surement pas de regarder les statistiques du nombre de visiteurs. Je suis bien dans le confort de mon sofa à alimenter la catégorie dans laquelle j’écris ce post, Journal intime.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s